20/11/2007

"No(r)way Of Life"

No(r)way of lifeFilm norvégien de Jens Lien, Norway Of Life est l'ovni de mon année cinématographique! Là, j'avoue, suis restée scotchée! Ca pourrait aussi s'appeler:"Ma vie avec IKEA"...un vrai cauchemar!

Une fois de plus, je me suis laissée guidée par mon "professeur ès cinéma" et grand bien m'en a pris! Quand j'ai lu le synopsis (voila, j'ai casé un joli mot, j'peux continuer tranquille ;-), l'histoire m'a bien plue. Elle avait l'air un peu décalée, un peu insolite. J'étais loin, très loin du compte.

Je plante le décor. Un monde sans tristesse, bien propre, "sympa" pour reprendre le leitmotiv du film. Mais un monde également sans goût, sans odeur, sans saveur. L'alcool ne soule pas et s'envoyer en l'air tient plus d'un visionnage de Derrick, tout seul, vêtu de son vieux pyjama rayé, dans son fauteuil tout pelé que de Basic Instinct, accompagné, nu, sur une peau de bête...c'est dire! Tout est pondéré, tout est lisse, jamais un éclat. Mon excessivité et moi, on a parfois eu du mal à ne pas balancer deux trois coups de pied dans cette toile sans aspérité.

Ne s'adaptant pas à cette vie aseptisée, Andréas bascule petit à petit dans une violence certaine -pour ne pas dire une certaine violence-. Tellement certaine la violence qu'on frôle parfois le film gore. Ca en devient même comique ! Quand je vois que la seule réaction visible devant des giclées de sang -dues à un doigt volontairement coupé à la rogneuse- est un sourcil étonné qui se lève, moi, je ricane. Et encore, j'te dis pas tout...

Le gouffre entre ce monde bien rangé -merci Ikea- et la violence de l'ami Andréas -on ne peut que prendre parti pour ce pauvre garçon- est colossal et me laisse à la sortie de la salle un peu « à côté », ne sachant plus quoi penser ou ne pas penser. Ce film a un côté déboussolant, bousculant. Mais j'aime bien moi les choses qui me bousculent un peu parfois...parfois hein ! Expérience de toute évidence marquante mais à ne par recommencer tous les jours quand même.

Là-dessus, belle nuit Blogger. Fais de beaux rêves loin du « monde merveilleux d'Ikea » ;-)

...Et puis, tant que j'y suis, j'ai encore quelques soirées à combler. Tu n'aurais pas un bon film pour moi ?

 

Les commentaires sont fermés.