22/08/2008

Gala, Voici, Closer, enz...

Catherine Zeta-JonesJe ne vais pas faire ma pétasse ... mais un peu quand même. Lors de mes vacances, accompagné de mon frère, mon père et ma belle-mère, nous sommes allés dans un bon restaurant, un très bon restaurant. Tétou, à Golf Juan. Pour vous donner une idée, quand le festival de Cannes bat son plein, il n'est pas rare d'y croiser une Madonna, un Al Pacino ou autre célébrité.

Entre la commande et l'arrivée de la traditionnelle bouillabaisse, en bonnes droguées que nous sommes, Belle-Maman et moi-même avons assouvi notre vice tabagique à l'extérieur du restaurant. En retournant à notre table, je vois mon frère, l'œil visé sur une table voisine. Mon père, pareil.

- Ben quoi ? Qu'est-ce qui se passe ?

- Catherine Zeta-Jones et Michael Douglas sont là !

Ni une ni deux, Belle-Maman et moi, on se retourne ! La vache ! C'est eux ! Avec des amis ! Et moi, Catherine Zeta-Jones, je la trouve tout simplement superbe ! Elégante, gracieuse, sensuelle... superbe quoi !

Et là, dans mon petit crâne, c'est sécession. D'une part, j'ai envie de les voir, de les scruter, de les dévisager. D'autre part, j'ose pas. Ils doivent en avoir marre d'être vu, scrutés, dévisagés à chaque sortie ! Mais nom de dieu qu'est-ce qu'elle est belle !

Je dois lui dire ! C'est pas possible autrement, je dois lui dire ! Ca ne vous arrive jamais à vous de croiser quelqu'un en rue -connu ou pas- et d'être si impressionné par sa prestance que vous devez lui dire ? En même temps, je me vois mal aller à sa table, arrêter la conversation et baragouiner mes quatre mots -approximatifs en plus- d'anglais. Je ronge mon frein et décide de ne plus me retourner. Comme tout un chacun, ils ont droit à une sortie tranquille.

Et puis tout à coup, le pouce du destin ! Elle se lève et sort du restaurant. J'embarque une cigarette et sort une petite minute dernière elle. Sur le trottoir, j'allume mon poison et attends. Elle revient... j'ose ? Elle me regarde, me sourit... je m'lance !

- ‘Exquiouz me. Djest oan second... Djest for sè iou... Iou are véri véri véri bioutifoull wouman !'

Elle a continué à marcher, elle m'a écoutée en me regardant droit dans les yeux.

- ‘Thank you!' ... et toujours ce sourire à tomber !

Plus que probablement, cette femme est régulièrement confrontée à des gens qui l'accoste voire qui lui tiennent la manche pendant d'interminables minutes. Je comprends qu'elle ne se soit pas arrêtée, mais du fond du cœur, je la remercie de m'avoir écouter bafouiller lamentablement... Et je peux vous dire que même de près, à vingt centimètres d'elle, elle est vraiment très belle!

J'ai gagné ma soirée !

23:39 Écrit par mag dans E. Humeur | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Pfiou ! Je ne suis pas sûr que, moi qui aime tant les brunes, je serais resté aussi maître de mon calme !
Remarque, sans doute que si, comme tu le notes, il y a quelque chose de figeant à se retrouver face à de telles personnes. J'aurais bien aimé être là !!!
:-))

Écrit par : Monsieur Poireau | 23/08/2008

En fait tu nous dis discrètement que Mickael Douglas s'est pris un rateau avec toi, c'est ça ?

Écrit par : Cynique-ta-mère | 23/08/2008

@ Cynique-ta-mère: Moi qui voulais rester discrète pour préserver sa réputation...

@ Monsieur Poireau:
J'aurais bien aimé que tu y sois... ;-)

Écrit par : mag | 23/08/2008

A ce propos... C'est marrant car j'ai un copain qui a un jour rencontré Pierre Richard dans un supermarché du Sud-Ouest de la France. Et bien, il n'a rien trouvé à lui dire. Difficile de trouver ces mots lorsque vous voyez une vedette pousser son caddie comme Monsieur Tout le monde ;-)

Écrit par : Laurent | 25/08/2008

C'est sûr que dire à Pierre Richard (que j'adore!!) : 'vous êtes très beau' c'est un peu décalé... ;-)

Écrit par : mag | 25/08/2008

Les commentaires sont fermés.