06/10/2008

Ca faisait longtemps que je n'en avais pas parlé.

Ce n'est un secret pour personne, j'ai un sérieux faible pour les Editions Filaplomb. Je suis régulièrement le site et le blog. Et qu'est-ce que c'est y pas que je vois ? Une lettre ouverte ! Mais une chouette hein ! Pas un truc chiant, prétentieux ou narcissique. Non, une chouette lettre, comme ça l'air de rien. Alors, ni une ni deux -ni trois-, je passe le(s) mot(s) :

Madame, mademoiselle, monsieur, bonjour !

Créées il y a un an, les éditions Filaplomb publient des nouvelles sous forme de livre de 24 pages. Imprimés localement, sur du papier recyclé et à l'encre sans solvants, ils peuvent être commandés directement sur le site de la maison d'édition : www.filaplomb.fr. Parallèlement, j'ai ouvert le blog filaplomb, éditeur de bonnes nouvelles pour y raconter un tant soit peu, les coulisses de la vie d'éditeur et de créateur d'entreprise.

La nouvelle est un genre dont vous regrettez vous-mêmes et régulièrement l'absence de visibilité. Ma passion pour elle m'a donc poussé à lui inventer ce support, frustré que j'étais de la voir engoncée dans les revues ou noyée dans les recueils, pour la sortir de cette sorte de no man's land dans laquelle elle vit.

Si vous doutez de sa vitalité, il suffit de voir le nombre d'auteurs qui concourent plusieurs fois par an et les discussions animées des jurys chargés de les primer. Ces auteurs aiment leurs enfants, souffrent de ruptures, font réviser leur voiture s'ils en ont une, paient leur loyer en temps et en heure, tissent un autre regard - amusant, touchant ou interpelant - et le couche sur papier. Loin d'être de la littérature de salon, ils puisent dans leur quotidien une écriture pleine peau, foncièrement vécue. Il s'agit d'une expression de la disparité humaine, telle que nous la croisons à chaque instant.

L'Europe francophone fourmille d'auteurs de talent qui s'expriment jour après jour sur leur blog et à travers les nouvelles que publient les éditions Filaplomb. Depuis un an, de nombreux lecteurs nous ont découvert et nous soutiennent ; certains, puisqu'ils bloguent nous consacrent, de leur seule initiative, d'élogieux articles [hier, par exemple]. Je dois à leur fidélité sans faille de pouvoir continuer et de rencontrer de nouveaux lecteurs.

Et malgré tout cela, vous n'en parlez pas...

La plupart d'entre vous ont reçus plusieurs de ces nouvelles, parfois le catalogue entier et en plusieurs exemplaires, à votre demande et vous ne faites aucun article. Vous qui écrivez, vous savez pourtant combien il est précieux d'avoir l'avis d'un professionnel sur son travail et sa création. Combien il est précieux de se savoir lu...

Au fond, la seule chose qui manque aujourd'hui aux éditions Filaplomb, c'est que vous vous en fassiez l'écho, que vous parliez d'elles ! Puisque j'ai déjà convaincu les "initiés", que plus de gens, par votre intermédiaire de passeurs, puissent connaître mon travail et surtout celui des auteurs.

La seule chose qui manque aujourd'hui aux éditions Filaplomb, c'est que vous parliez d'elles. Alors, je peux compter sur vous ?


Philippe Braye
Créateur des éditions Filaplomb


PS : Ça tombe bien, les éditions Filaplomb ainsi que plusieurs des auteurs seront présents les 11 et 12 octobre prochains au salon "blogs et livres" à la mairie du XIème, à Paris.

Merci aux blogueuses et aux blogueurs
qui voudront bien relayer cette lettre aux journalistes.

 

A vous de jouer les gars!

 

 

23:44 Écrit par mag dans D. Bouquins | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Merci !

C'est vrai qu'ils m'énervent un peu les journalistes avec leurs discours sur la culture mais qui ne se transforment pas en acte !
:-))

Écrit par : Filaplomb (éditeur) | 07/10/2008

Ah tiens !
Je pense que je vais rediffuser cette lettre aussi !!!
:-)))

Écrit par : Monsieur Poireau | 07/10/2008

@ Filaplomb: De rien!

@Monsieur Poireau:
Ben oui tiens, faites ça! ;-)

Écrit par : mag | 07/10/2008

Les commentaires sont fermés.